Maximilien Heller

Henry Cauvain

Henry Cauvain, Henry Cauvain… Oui, mais encore ?
Wikipédia est un peu sec sur le sujet :

Henry Cauvain, né à Paris le 17 février 1847 et mort à Lausanne en 1899, était un écrivain français, dont le personnage de détective Maximilien Heller, dans le roman du même nom publié en 1871, a été repris par Arthur Conan Doyle pour créer celui de Sherlock Holmes.

Succinct, certes, mais cependant moins que la Bibliothèque nationale de France, qui se contente, dans sa Note publique d’information, d’un :

Auteur de romans historiques et de romans mélodramatiques. Précurseur du roman policier.

Tout cela ne nous avance pas beaucoup…
La maison d’édition Ombres, qui réédita le livre en 1997 dans sa Petite bibliothèque Ombres est plus éloquente :

« Le roman populaire a donné naissance au roman policier, et cette transition s’opère sous nos yeux comme par magie, grâce à un auteur presque oublié, Henry Cauvain (1847-1899) et à son merveilleux roman Maximilien Heller. Ce récit est excellent, entre autres raisons, parce qu’il est relativement bref et ne s’encombre d’aucune intrigue amoureuse. Il comporte un criminel de génie, un crime en chambre close remarquablement expliqué compte tenu de l’époque, et un enquêteur résolument privé ! On peut y faire des comparaisons amusantes. Heller aime les chats, comme Sherlock Holmes. Il prend de l’opium pour s’endormir –comme Holmes. Comme lui, il procède par déductions logiques. Il a un confident qui raconte l’histoire, et qui est médecin, comme le Watson de Holmes… Tout pourrait laisser croire que Cauvain, imbibé de Gaboriau, a également lu Conan Doyle et lui a emprunté personnages, techniques et détails ! Or Maximilien Heller date de 1871, alors que la première aventure de Sherlock Holmes ne sera publiée que seize ans plus tard ! »
Michel Lebrun

Reste donc à apprécier par soi-même…

 

Téléchargement

1.2 Mo

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Photographie de couverture :

– Charles Marville (1813-1879) : Cour du Commerce, de la rue Saint André des Arts. Paris VIe. Vers 1866.

– Laurent Gloaguen (Montréal, Québec), amateur de photographie du XIXe siècle et tireur photographique professionnel spécialisé dans les procédés anciens.

Crédits et remerciements :

Source du texte et des illustrations :
Bibliothèque Nationale de France

Licence :

Le texte suivant est une œuvre du domaine public éditée sous la licence Creatives Commons BY-SA
Lire la licence

Cette œuvre est publiée sous la licence CC-BY-SA, ce qui signifie que vous pouvez légalement la copier, la redistribuer, l’envoyer à vos amis. Vous êtes d’ailleurs encouragé à le faire.
Vous devez toutefois attribuer l’œuvre aux différents auteurs.

Version :

1.2 - janvier 2017