L’Épouvante

Maurice Level

Maurice Level, cousin de Marcel Schwob (1867 – 1905), naît en 1875 dans le milieu cultivé de la bourgeoisie et, comme son père l’exerce, il entamera d’abord l’étude de la médecine.
Il est possible que ces trois prémisses, l’aisance économique, son lien familial avec un poète symboliste et la profession à laquelle il était destiné, l’aient engagé à s’introduire au sein du Tout-Paris dès le début du XXe siècle pour le distraire d’une manière résolument novatrice.
Pendant vingt-cinq ans, il occupera la scène autant sur les planches, au Grand Guignol et autres théâtres parisiens, que dans les revues et journaux qu’il affirme, en 1922, avoir empli les pages avec plus de 1500 nouvelles ; la plupart exploitant la veine sanglante des faits divers crapuleux, en faveur auprès du public, et néanmoins construite sur des mécanismes logiques et modernes.
Sa renommée est telle qu’elle traverse l’Atlantique et séduit les lecteurs des États-Unis, en particulier Lovecraft, lequel baptise ses textes horrifiques de contes cruels, le nom restera.
On se rappelle moins qu’il débute au cinéma, en 1919, quand il rédige avec Louis Feuillade le scénario et sa novélisation de l’immense saga filmée, Barrabas. Avant sa mort, en 1926, trois autres films muets seront tournés d’après ses romans, mais ce n’est qu’en 1932 que L’Épouvante, publié en 1908, est adapté pour les salles… étasuniennes sous le titre de Roadhouse Murder.
En France, le nouvelliste disparu trop tôt est vite oublié, ses quelques romans sont rarement réédités. Il conservera cependant une modeste notoriété parmi les amateurs de littérature marginale, telle la collection justement nommée Marginalia chez Glénat (réédition de La Malle sanglante en 1977).

Téléchargement

1.2 Mo

Commentaires

Un commentaire sur “L’Épouvante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Photographie de couverture :

– Agence photographique Rol, Paris : Portrait de mobilisé : Henri. Gare de l’Est. 4 août 1914.

– Laurent Gloaguen (Montréal, Québec), amateur de photographie du XIXe siècle et tireur photographique professionnel spécialisé dans les procédés anciens.

Crédits et remerciements :

Source du texte :
Bibliothèque Nationale de France

Licence :

Le texte suivant est une œuvre du domaine public éditée sous la licence Creatives Commons BY-SA
Lire la licence

Cette œuvre est publiée sous la licence CC-BY-SA, ce qui signifie que vous pouvez légalement la copier, la redistribuer, l’envoyer à vos amis. Vous êtes d’ailleurs encouragé à le faire.
Vous devez toutefois attribuer l’œuvre aux différents auteurs.

Version :

1.0 — février 2017